Archives de Tag: Ejaculation

L’équerre

Par défaut

Le cinéma a popularisé quelques positions sexuelles dans des scènes d’anthologie. L’équerre est l’une d’elles, aperçue dans "Le facteur sonne toujours deux fois". Sa célébrité est amplement méritée. Car peu de positions offrent une totale possibilité de mouvement et un plaisir tout aussi profond.

Qui n’a pas vu la fameuse scène du film "Le facteur sonne toujours deux fois", dans laquelle Jack Nicholson et Jessica Lange se laissent aller à une irrésistible montée du désir sur la table de la cuisine ? Sans forcément redécorer vos murs à la farine, il ne faut pas hésiter à imiter les deux protagonistes et pratiquer à l’envie la position de l’équerre.

L'équerreContrairement au film, il est essentiel d’accorder toute la place aux préliminaires, verticaux de préférence. La femme, debout contre une table, présente son sexe à son partenaire. L’homme, à genou, l’explore de sa langue et de sa bouche. L’excitation obtenue permettra à la femme de s’abandonner totalement en s’allongeant sur la table… L’homme  pourra alors se relever en caressant le corps de sa partenaire et en soulevant ses jambes de ses mains sûres. Dans cette position, le bassin de la femme dépasse légèrement de la table, libérant l’accès à son vagin. L’homme, tenant les hanches de sa compagne ou s’accrochant fermement au plateau de la table, peut alors la pénétrer.

Tout le plaisir réside dans la facilité du mouvement : l’homme debout à la possibilité de réaliser des va-et-vient au rythme de son choix. De plus, la vue plongeante sur le sexe offert de sa partenaire est très excitante, ainsi que la vision de la femme s’abandonnant de plus en plus sous les assauts répétés.

L’homme dirigeant le mouvement, la femme se consacre tout entière à son plaisir. Elle peut choisir, selon son excitation, de poser ses jambes sur les épaules de l’homme ou de ramener ses genoux à elle. Dans ce dernier cas, la pénétration est beaucoup plus profonde, apportant un plaisir particulièrement intense.

Si la femme regrette le manque de contrôle des mouvements, elle peut enserrer l’homme entre ses jambes. Prisonnier, le partenaire est ainsi amené à suivre le rythme qu’elle lui indique et qu’elle apprécie.

Les plus téméraires peuvent enchaîner la position de l’équerre avec celle du collier de Vénus, variante plus physique …

Le kamasutra pour faire un bébé

Par défaut

Êtes-vous bien sûr de savoir comment on fait les bébés ?   D’accord, vous connaissez la théorie, vous avez même souvent pratiqué. Mais c’était juste pour le plaisir !!!   Maintenant c’est du sérieux, il s’agit de faire l’amour pour faire un bébé !!!    Voici en exclusivité les cinq positions clés pour joindre l’utile à l’agréable.

Avant toute chose, repérez votre date d’ovulation, et essayez d’avoir des rapports réguliers dans les jours qui précèdent et qui suivent. Et la règle principale : faire l’amour doit toujours rester un plaisir !!!

La colline aux mille merveilles

Le kmasutra pour faire un bébéLa femme s’allonge sur le ventre, au milieu du lit. Elle place sous les hanches un édredon ou à défaut un coussin assez rond. Elle écarte légèrement les jambes pour accueillir son partenaire, qui se place à genou derrière elle. Il peut alors admirer cette colline aux mille merveilles avant d’en pénétrer la vallée florissante. L’homme peut alors prodiguer nombre de caresses variées aux endroits les plus sensibles pour stimuler le plaisir de sa compagne jusqu’à l’orgasme.
Efficacité :  70 %
Préliminaire conseillé : un massage en douceur du dos de la partenaire, pour éveiller petit à petit ses sens et son désir
Astuce : Avec cette position le sperme sera directement en contact avec le col de l’utérus. Le seul conseil après l’amour est de soit garder la position avec les coussins, soit de se retourner doucement pour se mettre sur le dos (sans les coussins) et de rester allongée quelques dizaines de minutes.

La femme de l’architecte

La femme s’allonge sur le coté, au bord du lit, jambes tendues devant elle, formant ainsi un "L" ou une équerre. Ses jambes sont ainsi parallèles au cadre du lit, et ses fesses au bord. L’homme se place debout où à genoux sur le sol (en fonction de la hauteur du lit) devant cette croupe offerte qu’il pénètre doucement. Il peut en même temps caresser les seins de sa compagne, et lui embrasser/mordiller/caresser la main et le bras qu’elle lui tend voluptueusement. Les effleurements de l’homme peuvent aussi s’aventurer sur les fesses de sa partenaire …
Efficacité :  60 %
Préliminaire conseillé : Un peu de lecture s’impose … Un petit livre de récits érotiques ou les morceaux choisis de livres plus classiques devraient faire des merveilles. L’idéal est que l’homme commence la lecture d’une voix douce et suave, alors que la femme vient de s’allonger sur le lit. Puis au moment de son choix, où lorsqu’elle lui demande, il la pénètre … Rien n’interdit alors de continuer la lecture pendant l’amour …
Astuce : L’idéal est que la femme se retourne sur le dos après l’amour, et garde la position quelques dizaines de minutes après l’orgasme, pour favoriser le passage des spermatozoïdes. L’homme peut pendant ce temps se placer au bord du lit et reprendre la lecture où il l’avait laissée …

La table des délices

Quelque peu acrobatique, cette position nécessite d’avoir une table solide. La femme s’allonge sur celle-ci (prévoir éventuellement coussins et couverture, en faisant attention à ce que celle-ci ne glisse pas trop sur le plateau) dans le sens de la longueur. Elle place ses fesses au bord de la table et l’homme se place debout face à elle. Elle peut alors enlacer l’homme avec ses jambes ou, plus confortable, les mettre sur les épaules de celui-ci. Pour varier les plaisirs, la femme peut ne mettre qu’une jambe sur l’épaule, pendant que l’homme tient l’autre sous le bras, et d’alterner entre la gauche et la droite, pour faire varier l’angle de pénétration.
Efficacité :  70 %
Préliminaire conseillé : Lorsque la femme s’allonge sur la table, pourquoi ne pas commencer par une petite "mise en bouche" ?   Un peu de miel ou du chocolat liquide, à faire couler doucement sur les seins et le ventre, puis à lécher doucement. De quoi ouvrir l’appétit des deux amants …
Astuce : Là aussi, l’idéal est de garder la position quelques dizaines de minutes après l’orgasme, pour favoriser le passage des spermatozoïdes. C’est pourquoi il faut avoir prévu coussins et couvertures sur la table.

Le trône de l’amour

La femme s’allonge sur le dos au milieu du lit. Elle place ensuite un petit coussin sous les fesses. Éventuellement prévoyez deux coussins : un sous les reins, un sous les fesses pour rendre la position plus confortable. L’homme peut alors pénétrer doucement sa partenaire, en se plaçant face à elle et en s’appuyant sur les mains. La femme peut prendre l’homme entre ses jambes pour accompagner ses mouvements. L’angle de pénétration est normalement propice à une stimulation du point G. Et lors de l’éjaculation, le sperme sera directement au contact du col de l’utérus.
Efficacité :  80 %
Préliminaire conseillé : En plaçant le coussin sous les fesses de sa partenaire l’homme peut en profiter pour embrasser langoureusement le sexe de celle-ci …
Astuce : Essayez de garder la position quelques dizaines de minutes après l’orgasme, pour favoriser le passage des spermatozoïdes.

L’élévation profonde

La femme s’allonge sur le lit et replie les jambes sur son torse. L’homme se met face à elle et peut soit placer les jambes de sa compagne de chaque coté, soit sur ses épaules. La femme peut aussi décider d’alterner pendant qu’il la pénètre, afin de faire varier les zones stimulées et augmenter le plaisir. L’homme ne doit pas hésiter à caresser les cuisses et les jambes de sa compagne, pour provoquer des sensations voluptueuses. Une position durant laquelle la pénétration est profonde, où il convient d’être très doux.
Efficacité :  80 %
Préliminaire conseillé : Pourquoi ne pas tester un petit gadget vibrant comme un petit canard pour éveiller les sens et le désir ?  Car les jouets, ce n’est pas uniquement réservé au futur bébé.
Astuce : L’idéal est de garder la position quelques dizaines de minutes après l’orgasme, pour favoriser le passage des spermatozoïdes. Ce qui peut être l’occasion d’une nouvelle partie de jeu avec l’accessoire : d’autant qu’un nouvel orgasme féminin (et les contractions de l’utérus ainsi provoquées) devrait faciliter le passage des spermatozoïdes.

La valse de Cythère

Par défaut

Vous aimez danser ? Alors laissez-vous emporter dans cette valse brune, blonde ou rousse, une valse à trois ou quatre temps, ou encore à mille temps, comme le chantait Jacques Brel. Laissez-vous porter dans cette célébration romantique de l’amour, debout, face à face, accompagnés d’une mélodie aux accents langoureux …

La valse de Cythère se prête à toutes les variations qu’il vous plaira d’imaginer : les deux amants peuvent être déjà nus lorsqu’ils s’enlacent et commencent à danser. Mais on peut préférer se livrer à un effeuillage progressif, au cours d’une soirée intime, dédiée aux délices de la séduction.  Dans cette posture amoureuse, on se retrouve les yeux dans les yeux, sexe contre sexe ; les frôlements des corps, les caresses au rythme de la musique, les mains effleurant le sexe de l’autre, sa taille, son ventre, son épaule … voilà mille façons d’arriver à une excitation érotique réciproque !!!

Bien sûr, cette posture est plus facile à réaliser si les deux amants sont de même taille. Lorsque le pénis de l’homme est bien bandé, la femme, toujours soumise à la cadence de la musique, le guide jusqu’à l’entrée de son vagin. Comme dans une valse, l’homme qui a glissé une jambe entre celles de sa partenaire, imprime alors le mouvement de tangage propice au plaisir sexuel.

Au début, il peut limiter la pénétration de son pénis dans de petites oscillations brèves qui exciteront encore davantage sa compagne. Puis, emporté par la musique qui le dirige et l’enivre, il accélère son va-et-vient. La femme effectue assez naturellement de légers mouvements de haut en bas et bas en haut, pour imprimer un rythme intense au coït. La pénétration se fait plus profonde si la femme écarte davantage les jambes. Les deux danseurs évoluent dans la pièce ou restent sur place, à leur convenance.

Dans cette posture, il n’est pas évident d’accéder à l’orgasme, l’angle de pénétration du pénis dans le vagin étant difficile à tenir. Mais les frottements de l’homme contre le mont de Vénus de la femme, et ceux de celle-ci contre le pubis de l’homme, combinés aux caresses des ventres, stimulent le corps dans sa totalité. Lorsque pour clore la danse, l’homme basculera la femme sur un canapé, sur un lit, ou sur le sol, les partenaires jouiront très vite, tellement le désir de fusion s’est fait intense.

Le moulin à vent

Par défaut

Le moulin à vent est une position dont on n’entend pas beaucoup parler mais qui pourtant, provoque des sensations nouvelles à chaque seconde et permet aux amants de s’amuser un peu. A la base, elle se présente comme une variante du missionnaire.

moulinavent1_104813La femme est allongée sur le dos, s’appuie sur ses avant-bras et lève légèrement les jambes. Elle peut placer un coussin sous ses reins afin que son partenaire trouve le bon angle de pénétration. C’est là que les choses se corsent.

Alors que l’homme la pénètre, la femme va commencer à faire un plus ou moins lent moulinet avec ses jambes, un peu comme on fait du vélo. Et ce mouvement ne devra jamais s’interrompre tout au long de l’acte. En gros, l’amante fait « tourner les ailes du moulin ».

Cela complique un peu les choses pour le partenaire qui va devoir s’adapter au rythme de sa maîtresse. Cette position se déroule généralement en trois phases. Lorsque la femme a l’une des jambes repliées, le vagin devient plus étroit et pousse le pénis à l’extérieur.

L’homme doit alors donner un à-coup pour y rester. Quand les jambes sont en l’air en même temps, le bassin bascule et les sensations sont d’autant plus douces que l’excitation de l’homme se renforce. Enfin, quand l’une des jambes est au repos tandis que l’autre est à sa position la plus haute, le vagin s’élargit et la pénétration se fait plus profonde. Trois sensations en une seule position, il serait dommage de s’en passer …

Généralement, la lubrification se fait naturellement dans la position du moulin à vent. Mais il peut parfois être recommandé d’enduire au préalable le pénis avec de la salive pour que les sensations soient plus agréables pour la femme. L’inconvénient de cette position, c’est surtout que le clitoris n’est pas vraiment sollicité, et c’est à l’un des deux partenaires (idéalement l’homme) de le stimuler avec ses doigts. Ce n’est pas non plus la position idéale pour apprendre à l’homme à maîtriser son éjaculation car celle-ci est souvent soudaine. Mais cela peut provoquer un orgasme conjoint …

L’embrassement touchant

Par défaut

D’après le Kâma Sûtra, la posture de l’embrassement flottant est la position idéale pour que l’homme puisse dispenser toutes sortes d’embrassements à sa partenaire. La caresse à privilégier : le Jaghana, au cours duquel l’amant mord ou égratigne sa partenaire. La femme, quant à elle, séduit son amant en laissant tomber sa chevelure en cascade.

Comment ?
L’amante est allongée sur le dos, jambes un peu écartées et repliées, ses pieds posés sur leur plante. L’amant, lui, se trouve assis entre ses jambes, face à elle. Il passe ses deux cuisses écartées sous les cuisses de la femme. Il se penche en avant pour s’approcher de son ventre. Il l’emboîte par en dessous et par au-dessus, en quelque sorte. Sa bouche est à portée des cuisses, du ventre et même des seins de sa partenaire. La femme, quant à elle, a les mains libres et peut caresser son amant sur le visage, la chevelure, le torse ou les jambes.

Les mouvements
La femme peut se déhancher, mais ne dispose pas de beaucoup de liberté, car elle est prise en étau dans le corps de son amant. L’homme peut bouger d’avant en arrière, mais très peu sur les côtés, ou alors d’un mouvement de balancier où il entraîne son amante. Les mouvements intérieurs ne sont alors plus des mouvements d’un corps par rapport à l’autre, mais des deux corps en harmonie, ce qui provoque des sensations différentes. Il peut aussi s’agir de sortes de vibrations.

Le petit plus
Cette posture est très favorable à la stimulation de la zone du point G, selon l’inclinaison du bassin de l’amante. Elle peut choisir de placer ou non un coussin sous ses hanches ou au contraire se cambrer pour trouver l’inclinaison qui lui procure le plus de plaisir.

La fellation

Par défaut

Lecture réservée aux adultes.

La fellation est une pratique sexuelle orale qui consiste à stimuler le pénis, et en particulier le gland, à l’aide de la langue, des lèvres, de la bouche. Grand classique des préliminaires sexuels, elle peut conduire l’homme jusqu’à l’orgasme.

Petit mode d’emploi
La fellation consiste à reproduire avec la bouche le va-et-vient de la pénétration. Aux dires des hommes, l’essentiel serait d’y mettre beaucoup de douceur, et surtout, de ne pas se servir des dents. Mouvement lent ou rapide, profond ou plus superficiel …  Après, chaque homme a ses préférences, et si la complicité est là, pas besoin de mot pour le dire. Sur le pénis, les endroits à embrasser ou à titiller sont divers. Le plus réceptif est bien sûr le gland, zone de muqueuse rose très riche en capteurs de plaisir, en particulier au niveau de la couronne du gland et sur le frein. Pour multiplier le plaisir, on peut en même temps masturber la verge, caresser les testicules.

Du côté de la femme
Pour qu’une fellation soit réussie, le plus important est de penser qu’il s’agit de partager un contact agréable, excitant. Ce n’est pas un acte auquel on doit se sentir forcée, sinon, il sera forcément raté. Le dialogue, la complicité, le temps, ou tout simplement une petite douche à deux feront parfois tomber ce blocage.

Se protéger
Tout comme pour les autres pratiques, le préservatif est obligatoire si l’on n’est pas sûr de son partenaire. En cas de lésion buccale, le risque de transmission du sida lors d’une fellation est réel, sans compter les autres MST (l’herpès, l’hépatite B, la syphilis …). Pratiquée en même temps qu’un cunnilingus dans la position 69, les deux partenaires pourront partager à l’unisson ce moment de plaisir.

L’escalade du désir

Par défaut
Kamasutra : Position l'escalade du désir

Mode d’emploi
Lui : Debout, droit comme un I (au départ !!!) et les pieds bien ancrés au sol, il attend que vous lui sautiez au cou !!!
Vous : Légère comme un papillon, enlacez ses épaules et laissez-le vous soulever. Vos jambes de chaque côté de son corps sont surélevées et vos pieds reposent sur un lit, un fauteuil, une machine à laver …  Histoire de soulager le dos de monsieur !!!   Il peut alors jouer au monte-charge avec vous et vous faire monter et descendre comme bon lui semble.

Pourquoi c’est si bon ?  Parce que les sensations sont assez inédites. Vous aurez l’impression de voltiger et d’abriter un ascenseur montant et descendant à l’intérieur de votre vagin !!!   Le mouvement à la fois rapide et profond de haut vers le bas décuple le plaisir.

Le bon moment pour l’essayer : Lorsque vous avez envie de jouer aux rôles de "moi femme fragile et toi homme fort" !!!

Bon à savoir : N’hésitez pas à vous cambrer en arrière tout en vous accrochant à son cou afin de le faire entrer en vous plus profondément. Vous lui offrirez en plus une vue superbe sur votre anatomie.